La communication à bord

gros plan un veleda et deux feutres

Nos conseils sur la communication à bord

  • Faire sentir les choses
  • Ne pas donner d’ordres d’exécution, garder un ton presque énigmatique, pour éviter de former des robots
  • Présenter les manœuvres :
    • Indiquer en avance la raison de la manœuvre
    • Informer l’équipage au moment de lancer la manœuvre
  • Suivre la route : présenter sur la carte et identifier des amers facilement reconnaissables

Cet article sera complété en mai 2015 par une revue des best-practices de pédagogie

Souquez les artimuses !

Le vocabulaire marin ne doit pas être un frein à la bonne compréhension du fonctionnement d’un voilier. L’utilisation d’un vocabulaire spécifique permet juste de communiquer de manière plus efficace. Ci-dessous un extrait d’un conte bien connu, remanié pour pointer du doigt l’effet perturbateur d’un vocabulaire étranger pour les co-navigateurs en cours d’apprentissage.

Le skipper, qui entendit la grosse voix de la mer, eut peur d’abord, mais croyant que son safran était enrhumée, répondit : « C’est votre fier chevalier des océans, qui vous apporte une galette et un petit pot de beurre que ma mère vous envoie. » La mer lui cria en adoucissant un peu sa voix : « Souquez les artimuses, le roulis s’arrêtera. » Le skipper souqua les artimuses, et le bateau se calma.